Grâce à l’aide de nos donateurs, Alexandra reçoit une alimentation saine

Alexandra est née au Salvador dans une famille pauvre. La fillette était très mal nourrie et gravement malade. Heureusement, chez NPH elle a immédiatement reçu les soins appropriés pour reprendre des forces et retrouver la santé.
La pandémie de coronavirus

La pandémie de coronavirus a davantage affaibli l’Amérique latine, provoquant encore plus de pauvreté et de privations. Pas moins de 64 % des habitants vivent dans une pauvreté parfois extrême et 44 % souffrent de sous-alimentation chronique. En raison de la malnutrition, 149 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance et de problèmes de développement cognitif.


Alexandra avait des problèmes de santé

Alexandra était elle aussi mal en point. La fillette de deux ans souffrait de malnutrition et avait constamment des problèmes viraux, comme la grippe et des maux d’estomac, car elle avait la diarrhée. Ces symptômes peuvent rapidement se détériorer sans soins appropriés. En dernier recours, sa mère a emmené Alexandra et son frère à la clinique de NPH Salvador pour y chercher de l’aide.

Difficultés à nourrir leurs enfants

Les parents d’Alexandra travaillent dans l’agriculture, mais gagnent à peine leur vie. Pour survivre, ils ramassent du bois de chauffage et vendent des mangues et des tamales. Ils luttent pour joindre les deux bouts et nourrir leurs six enfants.

Pas assez de facilités pour les enfants

Les enfants vivant dans l’extrême pauvreté dans les pays à faible revenu, en particulier dans les zones reculées, sont exposés à un risque élevé de malnutrition. Ils ont bien moins accès à l’eau potable, aux installations sanitaires et aux soins de santé.

Les conséquences de la malnutrition chez l’enfant

En l’absence de soins médicaux appropriés, la malnutrition peut causer des dommages durables sur la croissance, le développement et le bien-être des enfants. Aujourd’hui, Alexandra a 5 ans et elle se porte mieux. Ses problèmes viraux sont moins importants, mais elle a toujours des problèmes d’estomac. Elle va à l’école de NPH où elle est en sécurité et reçoit des repas nutritifs. « J’aime y jouer avec mes amies », dit Alexandra en riant. « Mais j’aime aussi la nourriture, et surtout les haricots ! »

Chaque enfant a droit à une alimentation saine

Ce n’est pas facile pour l’hôpital : « Nous manquons souvent de médicaments, d’équipements ou de matériel », explique le Dr Karla. Le soutien de nos donateurs est donc vital pour donner à davantage d’enfants comme Alexandra l’espoir d’un avenir meilleur.

Dernières nouvelles sur Haïti

Le 14 août 2021, un tremblement de terre dévastateur a frappé Haïti. Une catastrophe naturelle qui a fait plus de 2 200 morts et 12 200 blessés ainsi que 344 disparus dans le sud-ouest du pays. Les opérations de recherche se poursuivent dans les décombres, mais la possibilité de retrouver des survivants s’amenuise. La population est traumatisée et cherche désespérément à s’en sortir…

Grâce aux donateurs, nous avons pu fournir une assistance rapide

Grâce à l’aide de généreux donateurs comme vous, NPH Haïti a pu rapidement apporter son aide sur place. Notre équipe a tout d’abord identifié les familles du personnel et des enfants en détresse. Nous leur avons offert des vêtements et des bâches pour se protéger des intempéries, ainsi qu’une aide financière, indispensable afin qu’elles puissent faire face à ce désastre.

Nous agissons !

Tout le monde chez NPH (Nuestros Pequeños Hermanos) s’est mis à l’oeuvre sans attendre. Annabelle Pierre, étudiante
en physiothérapie qui a grandi chez NPH Haïti, a accompagné un groupe d’étudiants en physiothérapie et ergothérapie sur le terrain après le tremblement de terre. Ils ont été très touchés par ce qu’ils y ont vu.

L’équipe est arrivée en pleine nuit, lors du passage de la tempête tropicale Grace. Nombreux étaient ceux qui n’avaient pas d’abri ou avaient trop peur de dormir à l’intérieur. « Il y avait beaucoup de femmes enceintes avec des enfants, c’était bouleversant… », se souvient Annabelle. Après le passage de la tempête, l’équipe a distribué des kits d’hygiène, de l’eau et de la nourriture aux victimes. Ensuite, les étudiants ont pu soigner les blessés.

Annabelle (à droite) s’occupe d’une victime

Un souvenir douloureux pour Annabelle

Pendant les traitements, les membres de l’équipe ont entendu de nombreux témoignages déchirants sur les proches disparus, les morts, les maisons détruites et les personnes à la rue. Annabelle compatissait, car ses parents sont tous les deux décédés d’une maladie, la laissant orpheline alors qu’elle n’était qu’une jeune fille. Un souvenir douloureux… C’est ainsi qu’elle a été recueillie au sein du village d’enfants à Kenscoff.

Annabelle nous a confirmé que les besoins sont énormes et que l’aide ne parvient pas assez rapidement. La situation est critique. Les victimes ont d’urgence besoin de vous.

Le directeur de NPH Haïti, Kenson Kaas, en témoigne également :

« Grâce à votre soutien, nous avons déjà distribué des vêtements, des kits médicaux d’urgence et du matériel de construction tel que des toits en tôle, des clous, du bois, des lampes rechargeables, etc. Nous avons aussi utilisé une partie de notre réserve alimentaire interne pour donner un mois de nourriture, comme du riz, des haricots, de l’huile de cuisson et du sel. Nous fournissons les éléments de base nécessaires pour aider les personnes touchées à survivre le mois prochain, mais nous espérons apporter une aide plus durable en faisant appel à vous. »

Soutenez les victimes !

Il ne suffit pas d’aider les victimes temporairement, vous l’imaginez bien. Ils ont tout perdu. Ce sont leurs vies qui se sont écroulées, leurs enfants qui souffrent des conséquences et leur avenir qui est en jeu. C’est pourquoi, les prochains mois, notre organisation veut venir en aide à 150 familles de nos enfants et de notre personnel et à ceux qui en ont le plus besoin aux Cayes et à Jérémie, afin de leur donner une maison permanente, en plus d’une alimentation de base. Vous pouvez soutenir ces familles sinistrées en faisant un don dès aujourd’hui.

Si vous êtes en mesure de répondre à notre appel, ne tardez pas à verser votre contribution s.v.p. Nous ne pouvons pas laisser ces familles et ces enfants à leur sort, votre aide est impérative à leur survie !

De la nourriture pour les familles pauvres

En raison de la crise de COVID-19, l’année dernière de nombreuses familles n’ont rien pu vendre sur les marchés ni faire de récolte. Cela a menacé de provoquer une crise alimentaire. Pour lutter contre cela, le village d’enfants NPH Honduras a mis en place un projet en collaboration avec notre centre familial San José : le programme « Food Parcel ».

Il s’agit d’ateliers agricoles lors desquels nous formons les familles à cultiver leur propre potager avec un petit budget. Ils peuvent ainsi nourrir leurs familles et atténuer les pénuries alimentaires.

Les familles reçoivent les graines et apprennent à les semer et à les récolter. Ils apprennent également comment tous les membres de la famille peuvent jouer un rôle dans la culture et la récolte.

Aidez nous en faisant un don pour développer ce projet !

Je veux aider

2020, une année particulière en Amérique latine

2020 a été une année particulière… notre organisation a pu surmonter un certain nombre d’obstacles grâce à l’aide de nos donateurs !

NPH Honduras

NPH Honduras a pu offrir une aide rapide à de nombreuses personnes dans le besoin.

Par exemple, nous avons livré des colis alimentaires à plus de 100 familles de la communauté pauvre de Tegucigalpa.

NPH Haïti

NPH Haïti a été forcé à prendre des mesures radicales. Un certain nombre d’employés ont été licenciés, les dépenses ont été réduites de façon drastique et les frais de scolarité ont été augmentés. Heureusement, cette année a également connu ses succès.

L’histoire du petit Bobbi de Port-au Prince, par exemple, fait chaud au cœur. Bobbi était gravement sous-alimenté : il avait 22 mois et pesait à peine 10 kilos. Il a rapidement été envoyé à notre hôpital St Damien pour des soins appropriés. Il est maintenant en parfaite santé, grâce à votre soutien à notre hôpital.

NPH Guatemala

NPH Guatemala a dû fermer tous ses ateliers de formation professionnelle. Très peu de familles disposent des appareils et de la technologie nécessaires pour suivre des cours en ligne.

Les enseignants ont donc cherché des alternatives et malgré les difficultés, 98 % des élèves ont réussi leur année scolaire !

NPH Mexique

Grâce à NPH Mexique, la population locale a reçu suffisamment de nourriture à bas prix pendant le confinement. Malheureusement, les coûts des produits de nettoyage et des médicaments ont fortement augmenté.

En mars, les écoles ont dû fermer, mais en juillet, les enfants ont pu – après de nombreuses adaptations grâce à nos donateurs – suivre des cours à temps partiel dans nos propres salles de classe.

NPH Bolivie

Le programme agricole du village d’enfants NPH Bolivie a rencontré de nombreuses difficultés. Il y avait entre autres un manque de semences pour les potagers.

Le projet de vaches à lait a également été retardé, mais ces projets agricoles ont pu être menés à bien d’ici la fin de l’année.

Le système de purification de l’eau qui était prévu en 2020 verra le jour cette année et tous les enfants et le personnel pourront en profiter !

La pandémie de corona a eu un impact majeur dans le monde entier. Dans les pays où nous sommes actifs, elle a souvent entraîné encore plus de pauvreté, de faim et de violence. Heureusement, grâce à nos fidèles donateurs, nous avons pu changer de nombreuses vies pour un mieux. Comme celle de Marlen et de milliers d’autres enfants et de leurs familles.   Et cela n’est possible que grâce au soutien de gens comme vous. Surtout, continuez à faire preuve de compassion. Au nom de tous les enfants : merci.

Je veux aider

Le centre familial San José fête son 1er anniversaire

Le centre familial San José au Honduras a ouvert ses portes il y a exactement un an.

En plus de son premier Noël, le centre célèbre aussi ses succès. Pour la communauté pauvre de Mata de Plátano, le centre est un merveilleux cadeau. Malgré le coronavirus, des initiatives pour soutenir la communauté y ont vu le jour.

Comme les « Manos Solidarias » (mains solidaires) : pendant le confinement, les familles gravement affectées par la situation recevaient
chaque mois un panier alimentaire.

Le centre a également un impact important dans d’autres domaines. « Le centre familial est bénédiction », confie José Mario.

C’est le père de Jefry, un garçon atteint de paralysie cérébrale qui ne peut pas parler et a des difficultés à marcher. Après de nombreuses thérapies au centre, Jefry peut maintenant se déplacer plus confortablement, reconnaître les couleurs et les formes et recevoir un soutien à domicile, ce qui accélère son rétablissement.

« J’ai énormément de gratitude envers le personnel, NPH et les donateurs », confie-t-il.

L’impact de nos donateurs pendant le confinement en Amérique latine

Réalisez-vous l’impact que nos donateurs ont eu pendant le confinement en Amérique latine ?

Tant de familles que nous avons pu soutenir… Vous ne pouvez pas imaginer !

La famille Lozano Canales est l’une d’entre elles. Elle vit à Santa Catharina Punula, un quartier pauvre de Guatemala City, où la pollution, les gangs et la drogue font partie de la vie quotidienne. Les sept membres de la famille vivent ensemble dans un petit appartement d’une pièce et partagent deux lits. A cause de la crise du corona, Christina, maman célibataire avec cinq enfants et un petit fils à sa charge, a perdu son emploi de femme de ménage.

Ses filles l’aident en vendant du bois de chauffage et du pop-corn. Les bons jours, elles gagnent 5 euros, juste assez pour nourrir toute la famille pendant une journée. Imaginez… Malgré tous les malheurs qui la frappent, la famille fait preuve d’une énorme volonté.

« Le coronavirus a bouleversé notre vie à tous les égards. Pour l’instant, nous ne survivons que grâce au soutien de NPH, ce qui est une véritable bénédiction pour nous. Mes enfants reçoivent de la nourriture, du matériel scolaire et des produits d’hygiène. J’ai le sentiment que sans votre aide, nous serions perdus en tant que famille », explique Christina.


Merci à tous ceux qui nous soutiennent !

Regardez ici les autres familles que nous avons pu aider avec l’aide de nos donateurs:

Diego, enfant mal nourri est aujourd’hui en bonne santé

Diego était négligé et affamé lorsqu’il est arrivé au comedor, sans papa ni maman pour se soucier de lui. Sa tante l’avait pris sous son aile, mais ce n’est pas chose facile avec la misère qui règne au Honduras…

Les conditions de vie des habitants des villages pauvres comme Talanga sont souvent pénibles. La majorité des familles que nous soutenons par le biais de nos programmes du comedor vivent avec à peine 80 à
120 euros par mois.

Il y a énormément de pauvreté, de grossesses d’adolescentes et de gangs criminels dans les rues. Les enfants sont livrés à eux-mêmes, affamés et souvent en mauvaise santé. Ce qui rend nombre d’entre eux particulièrement vulnérables. Nuestros Pequeños Hermanos (NPH) s’est donc engagé avec le comedor à aider la communauté.

Le comedor a été fondé il y a 10 ans par un groupe de bénévoles. Aujourd’hui, NPH en est le principal donateur. Nous pratiquons nous-mêmes l’agriculture et l’élevage afin de fournir à nos enfants des repas nourrissants et nous fournissons également le matériel scolaire, les uniformes et l’encadrement pédagogique. Ainsi, des enfants comme Diego n’ont plus à souffrir de la faim et peuvent continuer à aller à l’école. Ce petit
garçon autrefois renfermé, malheureux et famélique est aujourd’hui fort, sociable et a gagné en confiance et en énergie.

Cela n’aurait pas pu se produire sans l’aide de nos donateurs !

Bien que le « Comedor Infantil » se traduise littéralement par « cantine pour les enfants », il est en réalité devenu un centre communautaire pour les enfants. En effet, beaucoup d’entre eux ne bénéficient pas du meilleur environnement familial et n’iraient pas à l’école sans notre soutien par le biais du comedor. Le comedor est aussi un refuge où les enfants peuvent se rendre avant ou après l’école et être accueillis par des personnes qui s’occupent d’eux et les aident à faire leurs devoirs.

C’est seulement grâce à votre soutien que nous pouvons poursuivre cette aide vitale !

Je veux aider

le Comedor Infantil en pleine crise du coronavirus

Au Comedor Infantil de Talanga, ouvert depuis 2009, la cuisinière Marlen, 50 ans, cuisine tous les jours pour les enfants. Mais l’endroit est bien plus qu’une cantine. Outre les repas nutritifs, les enfants bénéficient également d’un soutien scolaire.

C’est un lieu sûr où un personnel formé les accompagne dans divers projets en fonction de leur âge et leur offre une gamme de services, tels que des services psychologiques et des soins dentaires. L’aide du village d’enfants au Honduras y est essentielle.

L’année dernière par exemple, NPH Honduras leur a fait don de 49 colis alimentaires, a distribué des vitamines et des médicaments antiparasitaires et a fourni un nouveau réfrigérateur, des meubles et des uniformes et fournitures scolaires.

Pendant la pandémie du coronavirus, le soutien inconditionnel aux communautés comme Talanga est indispensable.

Marlen, le cuisinier du Comedor Infantil

Marlen témoigne : « Beaucoup de ces enfants n’ont pas de parents. Pour se nourrir, ils coupent et vendent du bois, parfois sous la pluie battante. Il y a des enfants qui cherchent des vêtements dans les poubelles et essaient de les vendre pour un demi-dollar afin d’acheter un œuf et un jus ».

Le comedor fait ce qu’il peut pendant la crise du corona. Ensemble, nous pouvons faire la différence pour les plus vulnérables. Nous avons absolument besoin de votre aide !

Merci d’avance.

Je veux aider

L’impact de vos dons durant la crise du coronavirus

Grâce aux dons de nos donateurs, nous avons pu mener les actions suivantes :

  • NPH Honduras a distribué des colis alimentaires à 109 familles de la communauté pauvre de Talanga.
  • L’hôpital pédiatrique St Damien a collecté 4 900 masques pour les patients et leurs parents, a acheté des médicaments supplémentaires et a recruté temporairement du personnel médical supplémentaire.
  • La clinique de NPH Nicaragua a pu acheter 4 réservoirs d’oxygène, en plus de gel pour les mains, de gants et de savon.

La crise n’est pas encore terminée… Dans certains pays, nous commençons à peine à mesurer l’impact du confinement. Cependant, il devient évident que le fait de ne pas aller à l’école entraîne une pauvreté encore plus grande. Les enfants sont plus susceptibles de se retrouver dans un environnement criminel ou de devenir victimes du travail des enfants.

Voulez-vous nous aider à éviter cela ?

Je veux aider

La tempête Amanda frappe le Salvador

Le 30 mai dernier, la tempête tropicale Amanda a frappé le Salvador de plein fouet. La tempête a été accompagnée de fortes pluies et de vents violents et a touché de nombreuses familles dans ce pays. La semaine dernière, le président, Nayib Bukele, a déclaré l’état d’urgence pour 15 jours.

Parmi les personnes touchées se trouvent plusieurs familles dont les enfants participent aux programmes d’aide à la communauté de NPH. Heureusement, tous les enfants de NPH sont sains et saufs.

NPH est venu en aide à ces familles dans le besoin.

La plupart de ces familles vivent dans des maisons construites avec des matériaux simples tels que de la tôle et beaucoup d’entre elles n’ont pas de plancher. Cela les rend plus vulnérables aux catastrophes naturelles et aux tempêtes tropicales telles qu’Amanda. 

Dès la constatation des premiers dégâts causés par le passage d’Amanda, 11 familles ont reçu notre aide. Notre personnel a été envoyé, dès le lendemain, vers les zones touchées afin d’apporter, entre autres, des matelas, des couvertures et de la nourriture. Plusieurs familles ont perdu leur maison à cause des inondations ou des glissements de terrain. Elles ont été amenées dans divers abris mis en place par le gouvernement du Salvador.

Le passage de la tempête Amanda aura un impact sur de nombreuses familles démunies au Salvador, déjà affecté par la pandémie de COVID-19. Jusqu’à présent, nous avons fourni autant d’aide que possible, mais de nombreuses personnes devront encore être aidées.

Nous vous tiendrons informés de la situation. En attendant, vous pouvez toujours trouver plus d’informations sur la pandémie COVID-19 en Amérique latine et en Haïti ici, ainsi que plus d’informations sur nos programmes communautaires ici.