Honorio victime d’une fusillade

Quand Honorio a été accueilli chez NPH Guatemala en juillet 2019, il avait onze ans et se déplaçait en fauteuil roulant. Issu d’une famille très pauvre il a, comme beaucoup d’enfants d’Amérique latine, connu très tôt la violence et les abus. Le destin l’a frappé lorsqu’il s’est retrouvé accidentellement au milieu d’une bagarre de gangs dans la rue …

Au milieu de la fusillade

Honorio a été touché par deux balles de fusil. L’une s’est logée dans son crâne et l’autre a transpercé son épaule jusque dans son bras droit. Heureusement, il a pu être opéré dans un hôpital du Guatemala City et a survécu. Mais les conséquences étaient dramatiques : dans un premier temps, il ne pouvait plus marcher ni bouger son bras droit.

Son état s’améliore petit à petit…

Grâce à la kinésithérapie intensive et aux soins spécifiques dont il bénéficie dans notre village d’enfants, Honorio fait de grands progrès. Son état s’améliore petit à petit et il peut désormais se déplacer de manière plus autonome. Il tient déjà en équilibre sur un pied et peut se tenir debout sans aide. Il peine encore à bouger son bras droit, mais il essaie de l’utiliser autant que possible. Le chemin à parcourir est encore long, mais il y a de l’espoir. Alors que les six premiers mois, il est resté à la clinique de NPH, il vit maintenant dans la maison des garçons.

Honorio a beaucoup souffert ces dernières années. Mais il n’abandonne pas ! Quand il aura 18 ans, il sera opéré au crâne car, dû l’opération d’urgence subie après la fusillade, une partie de celui-ci n’a pas pu se solidifier.

Assistance médicale chez NPH

Grâce à son séjour chez NPH, Honorio bénéficie de soins médicaux adéquats. Ce qui serait impossible sans l’aide de nos donateurs. Il aura encore besoin de soutien médical pendant des années, sous forme de kinésithérapie et de soutien psychologique.

Votre fidèle soutien est donc d’une valeur inestimable…

Daphnée : « NPH m’a ouvert les yeux et mon univers »

Daphnée a grandi dans une ville rurale du Guatemala, près du volcan Acatenango. L’aînée de quatre enfants, elle habitait avec ses parents et sa grand-mère. Ils vivaient selon les traditions mayas et ne parlaient que la langue kaqchikel. Dans la région, plus de 67 % des personnes vivent dans la pauvreté et près de 15 % dans l’extrême pauvreté.

Non-scolarisée

La famille de Daphnée habitait une toute petite maison aux murs de bois et de plâtre avec des tôles de zinc en guise de toit. Il n’y avait pas toujours d’électricité et souvent pas d’eau. Daphnée aidait son père dans les champs, s’occupait avec sa mère de leurs poulets, du bétail et des chevaux, ramassait du bois de chauffage et participait à la cuisine et au nettoyage. Le travail dans les champs a été son éducation, et elle ne connaissait rien d’autre. « On n’allait pas à l’école, nos parents avaient besoin de nous pour gagner de l’argent. » Il y a très peu de travail réel à Acatenango, la plupart des gens sont actifs dans l’agriculture. Mais cela rapporte peu et lorsque le loyer est payé, de nombreux parents peinent à nourrir leurs enfants.

NPH prend soin d’eux

Un jour de septembre 2011, des assistants sociaux sont arrivés chez Daphnée. Les parents ont alors perdu la garde de leurs enfants en raison des mauvaises conditions de vie et du manque de soutien adéquat pour Hilario, le petit frère de Daphnée. Il avait deux ans et souffrait de malnutrition sévère. Cela a provoqué chez lui un retard mental et une mauvaise croissance, ce qui l’affecte encore aujourd’hui.

Daphnée, ses frères et sa sœur ont alors été accueillis chez NPH Guatemala. Ils y ont reçu le soutien médical et psychologique nécessaire et une éducation.

Un avenir

Jusqu’à l’âge de 9 ans, Daphnée ne parlait pas espagnol. Aujourd’hui, elle a 19 ans et a obtenu son diplôme avec succès. Daphnée a appris la valeur de la nourriture et qu’il faut travailler dur pour l’obtenir.
Grâce à NPH, elle a pu aller à l’école. Sans le soutien des donateurs, elle n’aurait pas eu de réelles perspectives. En effet, notre organisation aide les enfants des zones rurales à travers l’éducation et la création de perspectives d’avenir. « NPH m’a ouverte à un nouveau monde. »

Qu’est-ce qui a été réalisé en 2021 ?

L’année 2021 a été difficile pour de nombreuses personnes. Chez nous, comme dans le reste du monde, de nombreux malheureux ont dû faire face à une grande détresse. En Amérique latine et en Haïti, les problèmes de pauvreté, de faim, d’instabilité et de violence ont atteint des proportions dramatiques. La crise persistante de COVID-19 n’a fait qu’intensifier cette spirale négative. L’économie s’est effondrée, entraînant une pauvreté plus grande que jamais.

Pourtant, il reste de l’espoir ! Grâce aux dons de nos donateurs, nous avons pu apporter un réel soutien à de nombreux enfants démunis l’année dernière.

Bolivie

Un chemin a été construit vers l’école et nous avons installé un système de purification pour garantir une eau saine et sûre.

Haïti

Nous avons apporté un soutien important aux personnes touchées par le tremblement de terre. Nos équipes ont pu construire 21 abris, dont deux écoles. Nous avons apporté une aide financière et des matériaux à 10 familles vivant dans des endroits difficiles d’accès pour reconstruire leur maison. Nous avons aussi aidé près de 450 familles avec des colis de nourriture et d’eau potable.

République dominicaine

Le 4 novembre, nous avons inauguré la première partie du centre de consultation externe de One World Surgery, à côté du village d’enfants. Nous y aidons les familles les plus vulnérables des communautés
voisines qui souffrent de besoins médicaux urgents.

Honduras

Nous avons aidé plus de 2 000 familles touchées par l’ouragan, construit 11 nouvelles maisons et ouvert un refuge pour 20 enfants de parents isolés. Enfin, nous avons recruté 12 volontaires et mis en place une
salle adaptée aux enfants handicapés.

Nicaragua

Nous avons veillé à ce que les enfants et les jeunes puissent assister aux cours, aux ateliers et aux séances
de physiothérapie dans un environnement sûr et nous leur avons fourni une collation, un déjeuner, un transport scolaire et une assistance médicale en cas de besoin. Au total, 253 étudiants ont été inscrits et
48 ont obtenu leur diplôme.

Pérou

Nous avons aidé une deuxième famille grâce à notre programme One Family. Marcelino, 7 ans, a quitté le village d’enfants pour aller vivre avec sa maman.

NPH Haïti : Vital pour de nombreux enfants

Depuis le 14 octobre 1987, nous sommes actifs en Haïti dans différents domaines et à plusieurs endroits.

Kay Christine

Kay Christine accueille plus de 30 enfants et adultes souffrant de troubles neurologiques et ayant des besoins spécifiques.

Father Wasson Angels of Light in Tabarre

Un foyer et une école pour les enfants vulnérables et déplacés.

Don Bosco

Un programme à Tabarre pour les jeunes qui ont obtenu leur diplôme à Ste Hélène et qui vont en secondaire, à l’université ou dans une école technique.

Kay St. Germaine, Kay Gabriel et Kay Elaine

Cliniques de revalidation qui offrent une thérapie et une éducation aux enfants et aux adultes souffrant de handicaps neurologiques.

Le village d’enfants Ste Hélène

Le village d’enfants Ste Hélène accueille plus de 430 enfants et dispose, entre autres, d’une école primaire et secondaire. En outre, 350 enfants de la communauté locale y sont scolarisés.

Hôpital pédiatrique St. Damien

2021 a été une année très difficile en Haïti. À cause de troubles politiques, d’un tremblement de terre, de l’insécurité et de l’inflation, des dizaines de milliers d’enfants et de familles supplémentaires se sont retrouvés dans le besoin. Heureusement, l’hôpital pédiatrique St Damien est en mesure de fournir des soins vitaux à de nombreux enfants parmi les plus pauvres du monde. C’est le seul hôpital du pays qui se consacre spécifiquement au traitement des enfants.

Ce que notre hôpital pédiatrique réalise grâce à votre aide :

  • Sauver des vies : nous effectuons chaque année plus de 70 000 prestations pour des enfants, des bébés et des femmes enceintes;
  • Traiter les enfants atteints d’un cancer : St Damien est le seul hôpital en Haïti qui s’occupe spécifiquement des enfants atteints du cancer;
  • Mettre des bébés au monde : en 2020, l’hôpital a aidé de nombreuses femmes ayant eu des grossesses à haut risque et 2 621 bébés y sont nés;
  • Aider les enfants les plus pauvres : nous traitons ici les enfants touchés par la malnutrition, le choléra, la tuberculose et le VIH.

Grâce à l’aide de nos donateurs, Alexandra reçoit une alimentation saine

Alexandra est née au Salvador dans une famille pauvre. La fillette était très mal nourrie et gravement malade. Heureusement, chez NPH elle a immédiatement reçu les soins appropriés pour reprendre des forces et retrouver la santé.
La pandémie de coronavirus

La pandémie de coronavirus a davantage affaibli l’Amérique latine, provoquant encore plus de pauvreté et de privations. Pas moins de 64 % des habitants vivent dans une pauvreté parfois extrême et 44 % souffrent de sous-alimentation chronique. En raison de la malnutrition, 149 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance et de problèmes de développement cognitif.


Alexandra avait des problèmes de santé

Alexandra était elle aussi mal en point. La fillette de deux ans souffrait de malnutrition et avait constamment des problèmes viraux, comme la grippe et des maux d’estomac, car elle avait la diarrhée. Ces symptômes peuvent rapidement se détériorer sans soins appropriés. En dernier recours, sa mère a emmené Alexandra et son frère à la clinique de NPH Salvador pour y chercher de l’aide.

Difficultés à nourrir leurs enfants

Les parents d’Alexandra travaillent dans l’agriculture, mais gagnent à peine leur vie. Pour survivre, ils ramassent du bois de chauffage et vendent des mangues et des tamales. Ils luttent pour joindre les deux bouts et nourrir leurs six enfants.

Pas assez de facilités pour les enfants

Les enfants vivant dans l’extrême pauvreté dans les pays à faible revenu, en particulier dans les zones reculées, sont exposés à un risque élevé de malnutrition. Ils ont bien moins accès à l’eau potable, aux installations sanitaires et aux soins de santé.

Les conséquences de la malnutrition chez l’enfant

En l’absence de soins médicaux appropriés, la malnutrition peut causer des dommages durables sur la croissance, le développement et le bien-être des enfants. Aujourd’hui, Alexandra a 5 ans et elle se porte mieux. Ses problèmes viraux sont moins importants, mais elle a toujours des problèmes d’estomac. Elle va à l’école de NPH où elle est en sécurité et reçoit des repas nutritifs. « J’aime y jouer avec mes amies », dit Alexandra en riant. « Mais j’aime aussi la nourriture, et surtout les haricots ! »

Chaque enfant a droit à une alimentation saine

Ce n’est pas facile pour l’hôpital : « Nous manquons souvent de médicaments, d’équipements ou de matériel », explique le Dr Karla. Le soutien de nos donateurs est donc vital pour donner à davantage d’enfants comme Alexandra l’espoir d’un avenir meilleur.

Dernières nouvelles sur Haïti

Le 14 août 2021, un tremblement de terre dévastateur a frappé Haïti. Une catastrophe naturelle qui a fait plus de 2 200 morts et 12 200 blessés ainsi que 344 disparus dans le sud-ouest du pays. Les opérations de recherche se poursuivent dans les décombres, mais la possibilité de retrouver des survivants s’amenuise. La population est traumatisée et cherche désespérément à s’en sortir…

Grâce aux donateurs, nous avons pu fournir une assistance rapide

Grâce à l’aide de généreux donateurs comme vous, NPH Haïti a pu rapidement apporter son aide sur place. Notre équipe a tout d’abord identifié les familles du personnel et des enfants en détresse. Nous leur avons offert des vêtements et des bâches pour se protéger des intempéries, ainsi qu’une aide financière, indispensable afin qu’elles puissent faire face à ce désastre.

Nous agissons !

Tout le monde chez NPH (Nuestros Pequeños Hermanos) s’est mis à l’oeuvre sans attendre. Annabelle Pierre, étudiante
en physiothérapie qui a grandi chez NPH Haïti, a accompagné un groupe d’étudiants en physiothérapie et ergothérapie sur le terrain après le tremblement de terre. Ils ont été très touchés par ce qu’ils y ont vu.

L’équipe est arrivée en pleine nuit, lors du passage de la tempête tropicale Grace. Nombreux étaient ceux qui n’avaient pas d’abri ou avaient trop peur de dormir à l’intérieur. « Il y avait beaucoup de femmes enceintes avec des enfants, c’était bouleversant… », se souvient Annabelle. Après le passage de la tempête, l’équipe a distribué des kits d’hygiène, de l’eau et de la nourriture aux victimes. Ensuite, les étudiants ont pu soigner les blessés.

Annabelle (à droite) s’occupe d’une victime

Un souvenir douloureux pour Annabelle

Pendant les traitements, les membres de l’équipe ont entendu de nombreux témoignages déchirants sur les proches disparus, les morts, les maisons détruites et les personnes à la rue. Annabelle compatissait, car ses parents sont tous les deux décédés d’une maladie, la laissant orpheline alors qu’elle n’était qu’une jeune fille. Un souvenir douloureux… C’est ainsi qu’elle a été recueillie au sein du village d’enfants à Kenscoff.

Annabelle nous a confirmé que les besoins sont énormes et que l’aide ne parvient pas assez rapidement. La situation est critique. Les victimes ont d’urgence besoin de vous.

Le directeur de NPH Haïti, Kenson Kaas, en témoigne également :

« Grâce à votre soutien, nous avons déjà distribué des vêtements, des kits médicaux d’urgence et du matériel de construction tel que des toits en tôle, des clous, du bois, des lampes rechargeables, etc. Nous avons aussi utilisé une partie de notre réserve alimentaire interne pour donner un mois de nourriture, comme du riz, des haricots, de l’huile de cuisson et du sel. Nous fournissons les éléments de base nécessaires pour aider les personnes touchées à survivre le mois prochain, mais nous espérons apporter une aide plus durable en faisant appel à vous. »

Soutenez les victimes !

Il ne suffit pas d’aider les victimes temporairement, vous l’imaginez bien. Ils ont tout perdu. Ce sont leurs vies qui se sont écroulées, leurs enfants qui souffrent des conséquences et leur avenir qui est en jeu. C’est pourquoi, les prochains mois, notre organisation veut venir en aide à 150 familles de nos enfants et de notre personnel et à ceux qui en ont le plus besoin aux Cayes et à Jérémie, afin de leur donner une maison permanente, en plus d’une alimentation de base. Vous pouvez soutenir ces familles sinistrées en faisant un don dès aujourd’hui.

Si vous êtes en mesure de répondre à notre appel, ne tardez pas à verser votre contribution s.v.p. Nous ne pouvons pas laisser ces familles et ces enfants à leur sort, votre aide est impérative à leur survie !

Géhy Jean Noel témoigne du tremblement de terre et de la manière dont NPH aide les familles

Géhy Jean Noel est un « ex-pequeño » (quelqu’un qui a grandi dans notre village d’enfants) et a écrit un témoignage sur le séisme qui a frappé Haïti le 14 août dernier. Heureusement, il n’a pas été blessé et a immédiatement pris les devants pour se rendre dans le sud du pays (la région la plus touchée) afin d’y apporter son aide.

Géhy (à gauche), en route pour aider les familles

Le tremblement de terre de 2010

Le 12 janvier 2010 est la première fois que j’ai vécu un tremblement de terre. Je vivais dans le village d’enfants Sainte Hélène à Kenscoff avec mes frères et sœurs de NPH. Ce n’était pas du tout facile comme situation, vous pouvez l’imaginer. Nous avons fait l’expérience de la mort.

Découragement dans le sud

Hier, je me suis rendu dans le sud du pays, plus précisément à Les Cayes. J’étais très motivé à aider les victimes du séisme, mais j’avais aussi la peur au ventre face à l’insécurité qui règne dans cette région. J’étais accompagné d’autres personnes qui avaient très peur des bandits qui vivent là-bas. Mais nous avons pris le risque. Au premier obstacle, notre véhicule, une ambulance, est tombé en panne (ce véhicule donne plus de sécurité et nous permet d’aller plus vite). Cependant, nous avons pu continuer notre chemin.

Tout au long de la route d’Aquin menant aux Cayes, des barricades avaient été érigées par des personnes en quête de soutien.

Nous avons rencontré beaucoup de monde et entendu énormément de témoignages vraiment tristes et terribles, dépassant l’entendement humain.

J’ai visité des quartiers où 80 % des maisons ont été totalement détruites ou endommagées. Nous avons vu des victimes allongées dans les rues, une énorme désolation dans les yeux…

Nous n’avons pas besoin de poser de questions aux victimes, nous pouvons tous voir leur visage et leur regard en dit long.

Une des nombreuses maisons détruites que Géhy a vues sur son chemin vers Les Cayes.

Perte personnelle

Personnellement, j’ai perdu un oncle sous les décombres.

Malgré tous les efforts déployés pour nettoyer la zone où se trouvait sa maison, son corps n’a toujours pas été retrouvé. C’était un homme bon et aimé par la famille…

Ce n’est pas facile d’accepter la perte de quelqu’un qu’on aime. Que Dieu dans sa bonté ait pitié de lui et l’accepte à ses côtés.

La maison familiale de Géhy Jean Joel après le tremblement de terre

Les besoins sont énormes

Le pire dans tout cela, c’est qu’on prévoit des ouragans en Haïti. Les besoins sont plus qu’urgents. Les victimes ont absolument besoin de soins médicaux, de tentes, de tôles, de bois de chauffage, d’eau et de nourriture. Un abri temporaire nous est réservé. Nous voulons agir avant que la tempête ne frappe. Des volontaires nous attendent sur place. Ce week-end, nous sommes aux Cayes et nous allons aider les victimes, et aussi essayer de donner de l’espoir aux victimes. Nous avons besoin de vous.

Haïti a besoin de votre aide !

Aidez les victimes en leur offrant les besoins élémentaires nécessaires!

Géhy Jean Noel

Le cancer n’a pas eu le dessus sur Éric

A l’hôpital pédiatrique St Damien en Haïti, on sauve chaque jour des vies d’enfants. La leucémie du jeune Éric y a également été traitée avec succès. Pourtant, chaque guérison est un miracle dans ce pays où les soins médicaux sont bien insuffisants et difficilement accessibles pour la majorité de la population.
Eric lutte contre le cancer

Éric est un jeune garçon de 10 ans plein de vie vivant avec ses parents et sa soeur à 150 km de la capitale Port-au-Prince lorsque, soudain, sa vie est bouleversée.

Éric tombe gravement malade et son état se détériore rapidement. Il ne peut même plus marcher. Sa mère l’emmène alors chez le médecin et une analyse de sang révèle une anémie. Mais malgré les médicaments et un régime spécial, son état ne s’améliore pas. Il est donc envoyé à St Damien, où l’on découvre rapidement qu’Éric est atteint d’une leucémie. À partir de mars 2019, Éric restera 8 mois dans le service d’oncologie.

Heureusement, il y a été admis à temps et y a reçu les meilleurs soins. Saint Damien offre souvent la seule chance de survie aux enfants atteints de cancer, car c’est le seul hôpital en Haïti où ils peuvent être traités. Les hôpitaux publics n’ont généralement pas les moyens de traiter les maladies curables, et encore moins le cancer.

Le combat d’Éric a été long, mais victorieux ! Les médecins ont maîtrisé la leucémie par la chimiothérapie et la radiothérapie.

Sans vous, il serait encore gravement malade

Grâce à votre soutien, ses parents ont repris courage : leur fils réagit bien au traitement. Il se rend toujours à l’hôpital pour des contrôles. Son papa, Pierre et sa maman, Béatrice, sont reconnaissants envers les donateurs qui soutiennent l’hôpital St Damien.

« Non seulement ils ont sauvé la vie de notre fils, mais grâce à eux, nous n’avons pas dû vendre notre maison pour payer le traitement, qui est très coûteux. Merci du fond du cœur ».

Giovana, une figure maternelle dotée d’une vocation

Depuis son enfance, Giovana Fuentes rêvait de s’occuper des autres. Lorsqu’elle a vu comment les enfants vulnérables trouvaient un foyer chaleureux au sein du village d’enfants de NPH Pérou et qu’ils progressaient grâce à des soins de santé et une éducation de qualité, elle a su qu’elle voulait y travailler en tant qu’infirmière. Elle travaille maintenant depuis plus de 7 ans dans le village d’enfants.

A présent, elle est coordinatrice de l’hôpital. Malgré l’importance des défis actuels, cela reste le travail de ses rêves. Elle trouve merveilleux que nos donateurs, via leurs dons, aient un tel impact sur la vie des enfants et sur leur santé.

« Ce que j’apprécie le plus, c’est l’affection et la confiance dont les enfants témoignent en partageant leurs sentiments et leurs émotions. Certains jeunes qui ont quitté le village d’enfants y reviennent encore pour des conseils. On réalise alors qu’on est aussi une sorte de maman pour eux. A l’approche de la Fête des mères, c’est une pensée plutôt agréable », confiet- elle en riant.

Je veux aider

Après 2 opérations, Rosalia peut à nouveau marcher toute seule

A 7 ans, la petite Rosalia était très mal en point. Elle est née avec une grave déformation du pied gauche et aurait dû être opérée d’urgence. Seulement, sa grand-mère – chez qui elle vivait – n’avait pas les moyens de payer un traitement ou une opération… Vous l’avez sauvée.

Lorsque Rosalia a été accueillie au sein de la famille NPH Honduras en avril 2019, elle était dans un piètre état. En raison de sa déformation au pied, elle ne pouvait pas plier la cheville et son pied était en permanence tourné vers l’intérieur. Par conséquent, elle marchait toujours sur la partie extérieure de sa semelle. De plus, elle n’avait presque plus de sensations dans ce pied. Une opération s’imposait d’urgence, mais c’était sans compter sur la pauvreté dans laquelle sa grand-mère et elle vivaient.

Au Honduras, près d’une personne sur cinq vits dans une extrême pauvreté, sans accès aux services de santé. De plus, presque personne n’a d’assurance maladie. De nombreux enfants sont donc malades, sous-alimentés et négligés et ne reçoivent pas les soins médicaux nécessaires. Après le divorce de ses parents, Rosalia a été recueillie par sa grand-mère dans un village près de la frontière avec le Salvador.


Cette dernière partait toujours très tôt le matin pour aller travailler dans les plantations de café afin de pouvoir se nourrir un minimum. Rosalia n’allait pas à l’école, car sa grandmère ne pouvait pas se le permettre. Elle restait seule à la maison toute la journée et faisait ce qu’elle pouvait dans le ménage. Même si elle devait alors traîner son pied handicapé sur le vieux plancher. C’est comme cela qu’un grave ulcère s’est développé.

Un coup du sort supplémentaire, car les hôpitaux publics ne voulaient pas l’opérer. L’inflammation devait d’abord être traitée quotidiennement pendant trois mois. Mais la grandmère de Rosalia n’avait même pas d’argent pour l’amener en ville, et encore moins pour payer les traitements, la chirurgie et la rééducation !

Heureusement notre village d’enfants a pris connaissance de la situation de Rosalia et de sa douleur insupportable. La jeune fille a donc immédiatement reçu le traitement adéquat. Elle vit désormais dans notre village d’enfants, où elle peut enfin aller à l’école, recevoir une alimentation saine et jouer. La petite fille timide et tranquille s’épanouit dans notre famille.

Entre-temps elle a déjà subi deux opérations pour corriger son pied et l’évolution est visible. Elle porte désormais une botte et suit une thérapie intensive pour apprendre à marcher de manière autonome. La route est encore longue, car elle a encore besoin de nombreux traitements. Mais votre aide précieuse lui donne l’espoir d’être complètement guérie un jour.