Une famille chaleureuse pour Noël

Aucun enfant ne mérite d’être seul à Noël

Tout comme Lidia et le petit Alex, des milliers d’autres enfants ont besoin de votre aide. Votre soutien nous donne la possibilité de prendre en charge davantage d’enfants ou de les réunir avec leur propre famille, quand c’est possible. Découvrez l’histoire de Lidia et Alex et leur espoir d’avoir une famille chaleureuse pour Noël.

Nos enfants viennent de situations difficiles, où la violence, la pauvreté et la maltraitance ne sont pas des exceptions. dans nos villages d’enfants et par le biais de nos programmes d’aide à la communauté, ils reçoivent non seulement de la nourriture saine, une éducation qualitative, des soins médicaux et de l’amour, mais aussi une famille chaleureuse, qui leur offre toutes les chances dans la vie.

En Haïti et en Amérique latine, on fête Noël dans le respect de belles traditions. De ce fait, nous y accordons une attention particulière dans nos villages d’enfants. Ainsi, les éducateurs choisissent d’être présents pour nos enfants pendant la période de Noël. Et c’est nécessaire ! Car c’est justement lors de journées comme celles-là que les enfants sont le plus heureux de savoir qu’ils ont une famille.

Lidia et d’Alex espèrent, eux aussi, être entourés de leur famille à Noël.

Noël dans nos villages d’enfants

Lidia enfin réunie avec sa famille

Lidia est née à Guatemala City. On ne sait rien de son père. Sa maman, Maria, a d’abord eu beaucoup de mal à s’occuper de sa fille et à joindre les deux bouts. C’est pourquoi, quand Lidia avait quatre ans, Maria a demandé à une autre femme, Dora, de s’occuper de la petite fille.

Quelques mois plus tard, la maman de Lidia a rencontré un nouveau compagnon, José. La mère de José s’est alors occupée de Lidia pendant trois ans. La petite fille l’appelait « Mami ». Mais quand la relation entre José et la maman de Lidia s’est terminée, Mami a disparu de la vie de Lidia qui a dû retourner chez Dora.

Malheureusement, Dora ne s’occupait pas bien de Lidia. Elle était maltraitée et négligée. Cela ne pouvait pas continuer et Lidia a alors été placée sous la responsabilité de la protection de l’enfance. C’est ainsi qu’elle a trouvé un nouveau foyer dans le village d’enfants de NPH Guatemala début 2018 et y a vécu pendant trois ans, recevant l’amour nécessaire.

En 2021, Lidia a retrouvé sa mère et son nouveau beau-père, Jonatan, grâce à notre programme de réintégration familiale, One Family. C’est un homme bon qui a un emploi et qui prend soin de sa famille. Entretemps, Lidia a également une petite soeur de deux ans. La famille loue une maison en bois avec un toit en tôle ondulée. Ils n’ont pas énormément de moyens, mais ils disposent d’un revenu stable. En outre, ils reçoivent le soutien nécessaire de NPH. De temps en temps, il y a même de l’argent pour une glace ou un petit extra.

Jonatan, Lidia, sa petite soeur et sa maman, réunis pour Noël

Les enfants réunis avec leur famille biologique sont bien encadrés par notre personnel. Aujourd’hui, Lidia est heureuse. Elle aide avec enthousiasme au ménage et aime jouer avec sa demi-soeur. Lidia et son beau-père entretiennent une relation saine et elle obtient de bons résultats à l’école.

Grâce à nos donateurs, Lidia a pu fêter Noël avec sa famille pour la première fois l’année dernière. Ce fut un moment de joie et de convivialité. « Pour moi, Noël, c’est partager du bonheur avec les gens que j’aime. C’est si important d’être entouré(e)(s) d’une famille chaleureuse pour Noël. Je souhaite à tout le monde de pouvoir en faire autant. »

Un foyer aimant pour Alex

Dans notre hôpital pédiatrique St Damien, il y a une pièce spéciale appelée la « Fish room ». Elle héberge 8 à 12 enfants nécessitant une attention particulière, dont le petit Alex. Ces enfants sont souvent atteints d’infirmité motrice cérébrale ou de déficience intellectuelle. Mais cette attention particulière n’est pas seulement nécessaire parce qu’ils sont malades.

En fait, la Fish room accueille des enfants qui ont été abandonnés par leur famille après avoir été amenés ici parce qu’ils avaient besoin de soins médicaux urgents. Mais par la suite, leur famille n’est jamais revenue. Cela arrive malheureusement régulièrement en Haïti. Les gens ont des difficultés financières et ne peuvent donc pas s’occuper des enfants souffrant d’un handicap.

Alex et son vélo de rêve pour Noël

Le papa d’Alex lui a promis un vélo pour Noël s’il était sage à l’hôpital. Malheureusement, Alex ne réalise
pas encore que son papa ne reviendra pas.
Une situation qui brise le coeur… Les infirmières et les médecins prodiguent aux enfants non seulement des soins médicaux, mais aussi l’attention dont ils ont besoin pour ne pas perdre espoir. C’est précisément la raison pour laquelle il est important de ne pas oublier ces enfants : offrez-leur à eux aussi un foyer aimant.

Votre aide fait la différence ! Offrez à Lidia, Alex et à leurs amis une fête de Noël remplie de chaleur et d’affection. Un repas de fête dans un lieu où ils se sentent en sécurité et où ils peuvent retrouver l’espoir d’une vie meilleure. Donnez-leur le plus beau des cadeaux : une famille chaleureuse pour Noël.

L’ouragan Julia traverse l’Amérique latine

L’ouragan Julia traverse actuellement l’Amérique latine. L’ouragan, initialement classé en catégorie 1, a ensuite été rétrogradé en tempête tropicale dans plusieurs pays d’Amérique latine. Nous faisons le point dans l’article ci-dessous.

Nicaragua

La tempête Julia est entrée dans le pays par la côte caraïbe à 8 heures du matin le dimanche 9 octobre, avec des vents de près de 70 km/h. Au moment de la rédaction de cet article, le gouvernement central a lancé un avertissement national et a suspendu les activités académiques. Les institutions publiques ont indiqué que plus de 1 500 personnes ont perdu leur maison. En outre, environ 240 000 personnes n’ont pas accès à l’électricité. Pour aggraver la situation, plus de 80 300 familles ont temporairement perdu l’accès à l’eau potable et 78 rivières auraient été inondées. NPH Nicaragua a immédiatement pris contact avec les enfants et les jeunes de nos différents programmes externes. Heureusement, aucun d’entre eux n’a subi de dégâts matériels importants, hormis quelques dommages mineurs à leurs maisons.

Malheureusement, la tempête a touché plusieurs infrastructures de NPH Nicaragua. Des inondations et des dommages aux écoles, aux bureaux administratifs et à une salle du programme El Buen Samaritano ont été signalés dans le village d’enfants Casa Padre Wasson et dans la maison d’étudiants Casa Juveniles Universitarios. De plus, les plantations de grenadiers voisines ont également subi des dommages : certaines parties ont été détruites.

Honduras

En raison des pluies persistantes, l’agence gouvernementale responsable des urgences nationales (COPECO) a prolongé l’état d’alerte de 24 heures à 9 heures du matin, le 9 octobre. La majeure partie du pays reste en jaune, à la seule exception des départements du nord-ouest, qui sont en rouge. Les écoles publiques et privées ont temporairement suspendu leurs activités et l’aéroport de San Pedro Sula a été fermé à titre préventif. La plupart des familles de cette région ont perdu leur maison. Trois décès et une personne disparue ont également été signalés dans cette partie du pays.

NPH Honduras n’a signalé aucun dommage ni problème majeur, hormis la suspension temporaire des cours. Les activités du centre familial « Centro Familiar San José » ont également été temporairement annulées.

Salvador

Bien que l’ouragan Julia ait été rétrogradé en tempête tropicale dans ce pays, le Salvador a connu des pluies abondantes, des vents violents, des inondations et des glissements de terrain sur l’ensemble de son territoire. Selon un communiqué de presse du gouvernement, l’état d’alerte a été prolongé de 48 heures.

Les agences gouvernementales ont établi des zones d’évacuation obligatoire et a restreint les activités à l’aéroport international. Les activités académiques ont également été suspendues (le 10 octobre).

NPH Salvador a subi des pluies persistantes, mais il n’y a eu aucun dommage majeur. Par mesure de précaution, les activités académiques ont été temporairement suspendues et le personnel administratif a dû rester en télétravail.

Guatemala

Avec des vents d’environ 60 km/h, l’agence responsable des catastrophes nationales (CONRED) et plusieurs autres institutions ont procédé à des évacuations. Elle a également mis en place des zones de refuge pour aider les victimes de l’ouragan Julia. Le département d’Izabal – où vit une famille appartenant à notre programme OneFamily – a été le plus touché par la tempête. Heureusement, cette famille n’a signalé aucun dégât.

Les infrastructures de NPH Guatemala, situées à Chimaltenango, sont, comme celles d’autres pays, exposées à une pluie constante mais relativement inoffensive. Les enfants et les jeunes sont en sécurité et les cours ont été suspendus de manière préventive.

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de l’ouragan Julia en Amérique latine via notre site web et Facebook. En attendant, si vous souhaitez faire une contribution pour les dégâts causés au village d’enfants au Nicaragua, vous pouvez le faire via le lien ci-dessous.

Nous recherchons un Communication & Fundraising Officer !

Vous avez la créativité nécessaire pour apporter ce petit plus à notre équipe ?

Vous avez une passion pour la communication, de la rédaction aux traductions, en passant par la création de contenu et la gestion de divers projets de communication (tels que les bulletins d’information mensuels, les brochures, les campagnes de prospection, les annonces dans les journaux et le rapport annuel).

Vous avez déjà une certaine connaissance en marketing ou en récolte de fonds et vous recherchez activement des moyens créatifs pour convaincre les gens à soutenir notre mission par le biais de diverses campagnes, actions et événements dont vous assurez le suivi.

Vous parlez et écrivez parfaitement en néerlandais et en français et vous pouvez vous exprimer couramment en anglais. Si vous parlez un peu espagnol, c’est pratique, mais ce n’est pas une obligation.

Vous correspondez à la description ci-dessus ? Alors vous êtes le coordinateur en communication et récolte de fonds que nous recherchons !

Qui sommes-nous?

Chaque enfant a besoin d’une famille et c’est ce que défendent Nos Petits Orphelins (NPH Belgium) !

Nous changeons la vie d’enfants et de familles vulnérables en Amérique latine et en Haïti en leur offrant des soins médicaux, de la nourriture, une éducation et un foyer, grâce aux dons des donateurs, des parrains et des légataires.

Nos Petits Orphelins récolte des fonds pour ses projets en Amérique latine et en Haïti depuis Bruxelles.

En outre, l’organisation fournit également une aide pratique en envoyant des volontaires belges sur le terrain.

Quelques-unes de vos responsabilités

Gestion de projets

  • Campagnes de prospection
  • Annonces publicitaires
  • Création de matériel de communication

Communication

  • Rédaction, traductions, création de contenu pour nos canaux hors ligne
  • Élaboration de communiqués de presse et développer les contacts presse
  • Élaboration de briefings pour nos partenaires externes, fournisseurs et copywriters
  • Élaboration de la stratégie communication
  • Participation aux réunions avec les pays partenaires

Récolte de fonds

  • Détermination et suivi de la stratégie fundraising annuelle
  • Gestion de relations avec les donateurs : gestion des dons entrant dans notre base de données
  • Résultats: analyse, interprétation et compte rendu
  • Développement et suivi des contacts écoles qui veulent mener des actions pour Nos Petits Orphelins

Votre profil

  • Diplôme d’études supérieures en communication/marketing/linguistique appliquée/traduction-interprète/journalisme
  • Au moins 3 ans d’expérience en marketing/communication/collecte de fonds/journalisme ou fonction semblable
  • Excellente connaissance du néerlandais et du français, bonne connaissance de l’anglais
  • Solides compétences en matière de communication (tant à l’oral qu’à l’écrit)
  • Bonnes connaissances informatiques (Word, Excel, Powerpoint, Internet)
  • La connaissance de Canva et/ou de Photoshop/Indesign est un atout
  • Forte capacité à travailler de manière indépendante et en équipe dans des délais parfois serrés, organisé(e) et grand souci du détail
  • Responsable, sens de l’initiative, créatif/-ve, enthousiaste

Offre d’emploi

  • Contrat de durée indeterminée à temps plein, 38h/semaine
  • Une rémunération conforme aux barèmes du Comité Paritaire 329.01
  • Chèques repas (8€/jour), ordinateur portable
  • Horaires flexibles, possibilité de télétravail
  • Bureau situé dans un quartier agréable et facilement accessible en transports publics
  • Une petite équipe motivée et enthousiaste, possibilités de développement personnel et formations, des teambuildings vraiment sympas !

Intéressé(e)?

Envoyez-nous votre CV + lettre de motivation à l’attention de :

Joëlle Pollentier, directeur
info@nph-belgium.org

Date ultime pour l’envoi de votre candidature : le 25/10/2022
Entrée en fonction à partir de début novembre

L’avenir de ses enfants brisé après le tremblement de terre en Haïti

Elicia, 62 ans, est une mère célibataire de 5 enfants. Elle les élève sans leur père depuis plus de 8 ans. Elle a également 5 petits-enfants. La famille avait déjà du mal à s’en sortir dans ce pays pauvre qu’est Haïti. Et puis le tremblement de terre en 2021 a encore plus secoué leur vie.

Comment le tremblement de terre a commencé

Elicia faisait du café quand c’est arrivé. Tout est allé si vite, tout s’est écroulé, la panique régnait partout. Tout le monde a fui sa maison, y compris Elicia. Mais son petit-fils de 6 mois était toujours dans son lit ! Lorsque le plafond s’est effondré, son fils aîné a courageusement couru à l’intérieur pour sauver le bébé. Par miracle, tout le monde a survécu, mais certains de leurs amis sont décédés.

Les conséquences du tremblement de terre

Le tremblement de terre a été une catastrophe pour de nombreux Haïtiens. Et pour la famille d’Elicia aussi, les conséquences ont été dramatiques. Depuis que la terre a tremblé le 14 août 2021, ils vivaient dans des conditions misérables. Ils ont perdu leur maison et la saison des fortes pluies a inondé leur potager. Or c’était leur principale source de revenus.

Depuis, ils étaient 10 à vivre dans une petite maison fissurée, sans électricité et à dormir ensemble
dans une seule pièce. Sans revenu stable, ils ont juste tenté de survivre. Les défis pour les enfants étaient énormes. Ils devaient sortir dès le matin pour s’occuper d’eux-mêmes et trouver de la nourriture, car leur mère souffrait chaque jour de fortes douleurs rhumatismales et avait du mal à se procurer des médicaments.

Où ils ont vécu après le tremblement de terre catastrophique

L’aide de nos donateurs

Ses deux plus jeunes fils ont dû arrêter l’école pour aider leur mère. Elle ne pouvait plus se le permettre. Heureusement, NPH est venu en aide à la famille et leur a procuré des matériaux pour construire leur maison, de la nourriture, de l’eau potable et un kit médical, ainsi que des conseils et un soutien moral. Elicia confie : « Je remercie tout le monde chez NPH de nous avoir tellement soutenus. »

Au nom de tous ces enfants, nous vous remercions pour votre soutien vital ! Et en 2022, nous voulons apporter encore davantage aux milliers d’enfants qui en ont tant besoin. De cette façon, l’année sera également plus heureuse pour eux. Pouvons-nous encore une fois compter sur votre aide ?

Grâce à l’aide de nos donateurs, Alexandra reçoit une alimentation saine

Alexandra est née au Salvador dans une famille pauvre. La fillette était très mal nourrie et gravement malade. Heureusement, chez NPH elle a immédiatement reçu les soins appropriés pour reprendre des forces et retrouver la santé.
La pandémie de coronavirus

La pandémie de coronavirus a davantage affaibli l’Amérique latine, provoquant encore plus de pauvreté et de privations. Pas moins de 64 % des habitants vivent dans une pauvreté parfois extrême et 44 % souffrent de sous-alimentation chronique. En raison de la malnutrition, 149 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance et de problèmes de développement cognitif.


Alexandra avait des problèmes de santé

Alexandra était elle aussi mal en point. La fillette de deux ans souffrait de malnutrition et avait constamment des problèmes viraux, comme la grippe et des maux d’estomac, car elle avait la diarrhée. Ces symptômes peuvent rapidement se détériorer sans soins appropriés. En dernier recours, sa mère a emmené Alexandra et son frère à la clinique de NPH Salvador pour y chercher de l’aide.

Difficultés à nourrir leurs enfants

Les parents d’Alexandra travaillent dans l’agriculture, mais gagnent à peine leur vie. Pour survivre, ils ramassent du bois de chauffage et vendent des mangues et des tamales. Ils luttent pour joindre les deux bouts et nourrir leurs six enfants.

Pas assez de facilités pour les enfants

Les enfants vivant dans l’extrême pauvreté dans les pays à faible revenu, en particulier dans les zones reculées, sont exposés à un risque élevé de malnutrition. Ils ont bien moins accès à l’eau potable, aux installations sanitaires et aux soins de santé.

Les conséquences de la malnutrition chez l’enfant

En l’absence de soins médicaux appropriés, la malnutrition peut causer des dommages durables sur la croissance, le développement et le bien-être des enfants. Aujourd’hui, Alexandra a 5 ans et elle se porte mieux. Ses problèmes viraux sont moins importants, mais elle a toujours des problèmes d’estomac. Elle va à l’école de NPH où elle est en sécurité et reçoit des repas nutritifs. « J’aime y jouer avec mes amies », dit Alexandra en riant. « Mais j’aime aussi la nourriture, et surtout les haricots ! »

Chaque enfant a droit à une alimentation saine

Ce n’est pas facile pour l’hôpital : « Nous manquons souvent de médicaments, d’équipements ou de matériel », explique le Dr Karla. Le soutien de nos donateurs est donc vital pour donner à davantage d’enfants comme Alexandra l’espoir d’un avenir meilleur.

Dernières nouvelles sur Haïti

Le 14 août 2021, un tremblement de terre dévastateur a frappé Haïti. Une catastrophe naturelle qui a fait plus de 2 200 morts et 12 200 blessés ainsi que 344 disparus dans le sud-ouest du pays. Les opérations de recherche se poursuivent dans les décombres, mais la possibilité de retrouver des survivants s’amenuise. La population est traumatisée et cherche désespérément à s’en sortir…

Grâce aux donateurs, nous avons pu fournir une assistance rapide

Grâce à l’aide de généreux donateurs comme vous, NPH Haïti a pu rapidement apporter son aide sur place. Notre équipe a tout d’abord identifié les familles du personnel et des enfants en détresse. Nous leur avons offert des vêtements et des bâches pour se protéger des intempéries, ainsi qu’une aide financière, indispensable afin qu’elles puissent faire face à ce désastre.

Nous agissons !

Tout le monde chez NPH (Nuestros Pequeños Hermanos) s’est mis à l’oeuvre sans attendre. Annabelle Pierre, étudiante
en physiothérapie qui a grandi chez NPH Haïti, a accompagné un groupe d’étudiants en physiothérapie et ergothérapie sur le terrain après le tremblement de terre. Ils ont été très touchés par ce qu’ils y ont vu.

L’équipe est arrivée en pleine nuit, lors du passage de la tempête tropicale Grace. Nombreux étaient ceux qui n’avaient pas d’abri ou avaient trop peur de dormir à l’intérieur. « Il y avait beaucoup de femmes enceintes avec des enfants, c’était bouleversant… », se souvient Annabelle. Après le passage de la tempête, l’équipe a distribué des kits d’hygiène, de l’eau et de la nourriture aux victimes. Ensuite, les étudiants ont pu soigner les blessés.

Annabelle (à droite) s’occupe d’une victime

Un souvenir douloureux pour Annabelle

Pendant les traitements, les membres de l’équipe ont entendu de nombreux témoignages déchirants sur les proches disparus, les morts, les maisons détruites et les personnes à la rue. Annabelle compatissait, car ses parents sont tous les deux décédés d’une maladie, la laissant orpheline alors qu’elle n’était qu’une jeune fille. Un souvenir douloureux… C’est ainsi qu’elle a été recueillie au sein du village d’enfants à Kenscoff.

Annabelle nous a confirmé que les besoins sont énormes et que l’aide ne parvient pas assez rapidement. La situation est critique. Les victimes ont d’urgence besoin de vous.

Le directeur de NPH Haïti, Kenson Kaas, en témoigne également :

« Grâce à votre soutien, nous avons déjà distribué des vêtements, des kits médicaux d’urgence et du matériel de construction tel que des toits en tôle, des clous, du bois, des lampes rechargeables, etc. Nous avons aussi utilisé une partie de notre réserve alimentaire interne pour donner un mois de nourriture, comme du riz, des haricots, de l’huile de cuisson et du sel. Nous fournissons les éléments de base nécessaires pour aider les personnes touchées à survivre le mois prochain, mais nous espérons apporter une aide plus durable en faisant appel à vous. »

Soutenez les victimes !

Il ne suffit pas d’aider les victimes temporairement, vous l’imaginez bien. Ils ont tout perdu. Ce sont leurs vies qui se sont écroulées, leurs enfants qui souffrent des conséquences et leur avenir qui est en jeu. C’est pourquoi, les prochains mois, notre organisation veut venir en aide à 150 familles de nos enfants et de notre personnel et à ceux qui en ont le plus besoin aux Cayes et à Jérémie, afin de leur donner une maison permanente, en plus d’une alimentation de base. Vous pouvez soutenir ces familles sinistrées en faisant un don dès aujourd’hui.

Si vous êtes en mesure de répondre à notre appel, ne tardez pas à verser votre contribution s.v.p. Nous ne pouvons pas laisser ces familles et ces enfants à leur sort, votre aide est impérative à leur survie !