le Comedor Infantil en pleine crise du coronavirus

Au Comedor Infantil de Talanga, ouvert depuis 2009, la cuisinière Marlen, 50 ans, cuisine tous les jours pour les enfants. Mais l’endroit est bien plus qu’une cantine. Outre les repas nutritifs, les enfants bénéficient également d’un soutien scolaire.

C’est un lieu sûr où un personnel formé les accompagne dans divers projets en fonction de leur âge et leur offre une gamme de services, tels que des services psychologiques et des soins dentaires. L’aide du village d’enfants au Honduras y est essentielle.

L’année dernière par exemple, NPH Honduras leur a fait don de 49 colis alimentaires, a distribué des vitamines et des médicaments antiparasitaires et a fourni un nouveau réfrigérateur, des meubles et des uniformes et fournitures scolaires.

Pendant la pandémie du coronavirus, le soutien inconditionnel aux communautés comme Talanga est indispensable.

Marlen, le cuisinier du Comedor Infantil

Marlen témoigne : « Beaucoup de ces enfants n’ont pas de parents. Pour se nourrir, ils coupent et vendent du bois, parfois sous la pluie battante. Il y a des enfants qui cherchent des vêtements dans les poubelles et essaient de les vendre pour un demi-dollar afin d’acheter un œuf et un jus ».

Le comedor fait ce qu’il peut pendant la crise du corona. Ensemble, nous pouvons faire la différence pour les plus vulnérables. Nous avons absolument besoin de votre aide !

Merci d’avance.

Je veux aider

L’impact de vos dons durant la crise du coronavirus

Grâce aux dons de nos donateurs, nous avons pu mener les actions suivantes :

  • NPH Honduras a distribué des colis alimentaires à 109 familles de la communauté pauvre de Talanga.
  • L’hôpital pédiatrique St Damien a collecté 4 900 masques pour les patients et leurs parents, a acheté des médicaments supplémentaires et a recruté temporairement du personnel médical supplémentaire.
  • La clinique de NPH Nicaragua a pu acheter 4 réservoirs d’oxygène, en plus de gel pour les mains, de gants et de savon.

La crise n’est pas encore terminée… Dans certains pays, nous commençons à peine à mesurer l’impact du confinement. Cependant, il devient évident que le fait de ne pas aller à l’école entraîne une pauvreté encore plus grande. Les enfants sont plus susceptibles de se retrouver dans un environnement criminel ou de devenir victimes du travail des enfants.

Voulez-vous nous aider à éviter cela ?

Je veux aider

La seule chance de sortir de la pauvreté pour Alma ? Une éducation scolaire !

Aujourd’hui, Alma est élève en 6e année à l’école primaire du village d’enfants NPH Nicaragua. Elle fait partie de notre programme d’aide externe : elle vient à l’école chez nous, mais vit avec sa mère, son frère et sa petite sœur..

Le père d’Alma est décédé avant sa naissance et c’est sa mère qui a donc dû élever seule les enfants. De plus, la famille vivait dans la pauvreté et arrivait à peine à joindre les deux bouts. Grâce à un travail acharné, la maman d’Alma réussissait de justesse à s’occuper de sa famille.

Alma est aussi combative que sa maman. Le premier combat qu’elle a dû mener dans sa jeune vie était contre le cancer. Elle a réussi à vaincre la maladie. Plus récemment, elle s’est battue pour apprendre à lire.

Alma fréquentait une école publique, mais selon sa mère, Alma, son frère et sa sœur n’y apprenaient pas grand-chose. Alma a connu de nombreuses difficultés. En raison de la pauvreté de la famille et de ses problèmes de santé (elle est très sensible à tout type de maladie), elle a manqué beaucoup de cours. C’est pourquoi sa mère a tout fait pour inscrire Alma et ses autres enfants chez Nuestros Pequeños Hermanos (NPH).

Quand Alma est arrivée dans notre école en septembre 2016 à l’âge de 10 ans, elle était en 2e année. Apprendre à lire a donc été un grand défi pour elle. Heureusement, elle a fait des efforts incroyables pour progresser et elle a reçu tout le soutien des éducateurs, des professeurs et de sa maman. Elle a aussi découvert l’amour de la lecture.

« Alma a travaillé très dur », explique sa mère. « Elle s’exerçait non seulement à l’école, mais aussi à la maison. »

Et avec succès. Elle a rapidement réussi à rattraper le niveau de sa classe. Selon son superviseur, Xiomara, « Alma est une étudiante dévouée, respectueuse et travailleuse et elle termine le premier semestre avec 84%.

» Sa mère est incroyablement reconnaissante envers NPH. Elle sait qu’Alma continuera à s’améliorer en lecture. « Les magazines, les légendes du calendrier, la Bible… Tout ce qu’elle trouve, elle le lit. »

En raison de la crise du coronavirus, les familles sont confrontées à de sérieux problèmes financiers : elles ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l’école et leur procurer la nourriture nécessaire.

Toutes nos écoles prennent des mesures spéciales de prévention et essaient de fournir le soutien financier et structurel nécessaire à ces familles. Grâce à des livres d’exercices, les enfants étudient à domicile.

Profitez davantage de vos dons !

Nous sommes heureux de vous informer que le gouvernement fédéral a décidé la semaine dernière que la réduction d’impôt pour les dons aux institutions agréées passera de 45 à 60 % en 2020.

Image may contain: 2 people, tree, child and outdoor

Cela signifie que chaque don que vous ferez à Nos Petits Orphelins cette année entraînera une réduction d’impôt de 60 %. Cela s’applique également à toutes vos contributions que vous avez déjà versées en 2020. 

Par exemple : si vous avez déjà fait un don de 40 € cette année, il ne vous en coûtera en réalité que 16 €.

C’est une excellente nouvelle pour vous, mais aussi pour nos enfants en Amérique latine et en Haïti ! 

Grâce à votre solidarité, nous pouvons aider davantage d’enfants en ces temps difficiles.

Je veux aider

COVID-19 : des nouvelles de nos villages d’enfants en Amérique latine et en Haïti

Comme vous le savez peut-être déjà, l’Amérique latine est désormais l’épicentre de la pandémie de COVID-19. Dans les pays où NPH est actif, le Pérou et le Mexique sont les pays qui ont signalé le plus grand nombre de cas par semaine.

Image may contain: 2 people, people standing and outdoor

Au Guatemala et en Bolivie, on observe une augmentation significative du nombre de nouveaux cas par semaine.
Nous apprenons aujourd’hui que la plupart des communautés entourant nos villages d’enfants rapportent des cas confirmés de COVID-19.

Nous pouvons affirmer avec soulagement que nous ne connaissons pour le moment pas d’épidémies majeures dans nos villages d’enfants et que les protocoles de sécurité et les mécanismes de confinement sont toujours en place.

Nous étions donc été en mesure de maîtriser rapidement toute apparition du virus. NPH n’est cependant pas immunisé contre le virus et nous comptons à présent 3 cas positifsparmi les membres du personnel de nos villages d’enfants. Ils reçoivent les soins nécessaires de la part de notre personnel médical.  

Le personnel affecté se porte heureusement bien et devrait surmonter le virus sans autres complications.

Les équipes médicales de nos villages d’enfants restent vigilantes : la température des enfants est prise chaque jour, les cas symptomatiques sont examinés quotidiennement, la distanciation est respectée, le personnel porte des masques et des mesures de quarantaine sont appliquées pour éviter que le virus ne touche davantage les enfants et le personnel de nos villages d’enfants.

Dans tous les villages d’enfants, des endroits spécifiques ont été prévus pour l’isolement et le traitement des patients présentant de symptômes bénins ou suspects.  Les villages d’enfants ont également élaboré des plans d’action pour se préparer aux différents scénarios possibles.

Le personnel des villages d’enfants a admis qu’il y a actuellement un épuisement collectif. Chaque jour, ils entendent les nouvelles sur la crise des hôpitaux et les nombreux décès. Nous voulons souligner que cette région est plus vulnérable que jamais.

Il est donc vital que notre personnel médical puisse faire le nécessaire pour protéger nos enfants et notre personnel et qu’il reçoive les moyens de le faire.

C’est pourquoi je fais appel à votre solidarité. Votre don est aujourd’hui plus nécessaire que jamais pour poursuivre notre mission et protéger nos enfants.

S’il vous plait, verser le montant de votre choix aujourd’hui encore. 

Merci de tout cœur pour votre aide.

Faites un don maintenant

La tempête Amanda frappe le Salvador

Le 30 mai dernier, la tempête tropicale Amanda a frappé le Salvador de plein fouet. La tempête a été accompagnée de fortes pluies et de vents violents et a touché de nombreuses familles dans ce pays. La semaine dernière, le président, Nayib Bukele, a déclaré l’état d’urgence pour 15 jours.

Parmi les personnes touchées se trouvent plusieurs familles dont les enfants participent aux programmes d’aide à la communauté de NPH. Heureusement, tous les enfants de NPH sont sains et saufs.

NPH est venu en aide à ces familles dans le besoin.

La plupart de ces familles vivent dans des maisons construites avec des matériaux simples tels que de la tôle et beaucoup d’entre elles n’ont pas de plancher. Cela les rend plus vulnérables aux catastrophes naturelles et aux tempêtes tropicales telles qu’Amanda. 

Dès la constatation des premiers dégâts causés par le passage d’Amanda, 11 familles ont reçu notre aide. Notre personnel a été envoyé, dès le lendemain, vers les zones touchées afin d’apporter, entre autres, des matelas, des couvertures et de la nourriture. Plusieurs familles ont perdu leur maison à cause des inondations ou des glissements de terrain. Elles ont été amenées dans divers abris mis en place par le gouvernement du Salvador.

Le passage de la tempête Amanda aura un impact sur de nombreuses familles démunies au Salvador, déjà affecté par la pandémie de COVID-19. Jusqu’à présent, nous avons fourni autant d’aide que possible, mais de nombreuses personnes devront encore être aidées.

Nous vous tiendrons informés de la situation. En attendant, vous pouvez toujours trouver plus d’informations sur la pandémie COVID-19 en Amérique latine et en Haïti ici, ainsi que plus d’informations sur nos programmes communautaires ici.

Un aperçu des réalisations en 2019

Grâce à l’aide de nos donateurs et Parents du Monde, nous avons pu effectuer plusieurs réalisations dans nos villages d’enfants en 2019 : MERCI infiniment pour votre soutien !

Voici un aperçu de certaines de nos réalisations dans les 9 pays où nous sommes actifs.

MEXIQUE

De nouvelles maisons

En 2019, 4 maisons ont été construites à Miacatlán et 3 autres ont été transformées pour plus d’intimité. Dorénavant, les enfants n’y dorment plus par tranche d’âge mais par famille. Dans les années à venir, nous construirons le reste des maisons suivant le même principe.

PÉROU

Ouverture de notre jardin bio

Nous avons démarré notre jardin bio l’an dernier. Nous pouvons ainsi cultiver nos propres légumes et les consommer, ce qui diminue notre budget et nous permet d’être autosuffisants. En 2020, nous souhaitons même pouvoir vendre l’excédent sur les marchés.

HAÏTI

L’hôpital St Damien

Davantage de femmes ont pu accoucher à St Damien : le nombre d’accouchements est passé de 180 à 250 par mois. C’était nécessaire, car Médecins sans Frontières a fermé une maternité dans les environs et St Damien est devenu encore plus important lorsque les troubles socio-politiques ont augmenté dans le pays.

GUATEMALA

Une garderie gratuite

L’an dernier, nous avons démarré une nouvelle garderie gratuite pour les enfants des mères célibataires. Cela leur permet d’aller travailler l’esprit tranquille. Elle accueille actuellement 21 jeunes enfants de la communauté voisine.

HONDURAS

Centre familial « San José »

NPH Honduras a commencé la construction du centre familial San José dans les communautés avoisinantes de « Mata de Plátano » et « Pueblo Nuevo ». Notre équipe travaille actuellement avec 4 écoles de la région et réalise des évaluations afin d’identifier les problèmes dans la région et de trouver des solutions. En 2020, nous comptons finaliser la construction du centre.

SALVADOR

20 ans d’existence

En 2019, notre village d’enfants au Salvador a fêté ses 20 ans d’existence. Au cours de cette période, NPH a accueilli plus de 900 « pequeños ». A cette occasion, le village d’enfants a également ouvert 3 nouveaux espaces : une classe d’agilité mentale, une classe de soutien pédagogique et une salle de jeux.

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Maison de transition

Depuis l’ouverture de notre maison de transition « Niños de Dios » en 2018, plus de 50 enfants ont reçu de l’aide par l’intermédiaire. Cette maison de transition située à Monte Plata aide à renforcer les familles dominicaines en s’occupant des enfants en situation de risque jusqu’à ce que leur situation s’améliore.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

BOLIVIE

Constructions dans le village d’enfants

Nous avons pu poursuivre notre projet de reconstruction de maisons en achevant 3 maisons cette année. Ces 3 maisons ont été reconstruites avec des fenêtres, des murs et des toits durables qui seront plus sûrs, surtout pendant la saison des pluies. Nous avons également pu construire une laiterie et des pâturages pour les vaches afin qu’elles puissent être transportées et vaccinées.

NICARAGUA

Retour au calme progressif

Bien que la situation sociopolitique du pays reste tendue, les cycles scolaires ont été entièrement achevés et la situation n’a eu aucun impact sur les résultats scolaires en 2019. Des formations sur la gestion et le recyclage des déchets, l’hygiène personnelle et l’alimentation saine ont entre autres pu être complétées.

Prenons soin les uns des autres : le virus COVID-19 fait des victimes aussi en Amérique latine

En ces temps difficiles, notre petite équipe fait tout ce qu’elle peut pour maintenir l’essentiel de ses activités

En ces temps difficiles, notre petite équipe fait tout ce qu’elle peut pour maintenir l’essentiel de ses activités et aider les enfants et familles en Amérique latine et en Haïti, où le coronavirus sévit à présent également. La population craint l’évolution du virus… Nous ignorons encore les répercussions.

Nous sommes confrontés à d’énormes défis. Nous devons poursuivre le travail le plus normalement possible et nous occuper des enfants dont nous avons la charge. Ils n’ont personne d’autre. Dans la plupart des pays d’Amérique latine, il n’y a pas plus de 100 lits disponibles aux soins intensifs. C’est pourquoi la prévention est la clé pour endiguer la propagation du coronavirus. Non seulement pour les enfants, mais aussi pour tous nos employés.

Notre organisation partenaire, NPH, a déjà pris les précautions nécessaires au sein des villages d’enfants pour éviter au maximum qu’une épidémie ne s’y déclare. Les enfants se lavent régulièrement les mains et gardent leurs distances. Nous essayons également de garantir l’arrivée de nourriture et de médicaments pour nos programmes. Pensez aux matériaux comme les thermomètres, les masques chirurgicaux, les gants, etc. pour notre hôpital pédiatrique St. Damien en Haïti, où plus de 90 000 enfants dépendent de nos soins chaque année.

De plus, la plupart des gouvernements dans la région ont décidé de fermer les écoles, afin d’endiguer au maximum le nombre de contaminations. Mais cela vaut dire que des millions d’enfants sont en danger, car le repas du midi qu’ils reçoivent à l’école, est souvent le seul de la journée. C’est un réel désastre.*

Le virus cause de grandes difficultés partout dans le monde, mais la fragilité des soins médicaux en Amérique latine et en Haïti crée des défis supplémentaires. L’avenir de nos enfants dépend de la générosité de personnes comme vous. Via nos programmes, nous voulons aider les familles des communautés pauvres. C’est pourquoi nous avons désespérément besoin de votre aide !

Aidez-nous à garder le virus hors de nos programmes et à faire en sorte que nous puissions poursuivre notre travail autant que possible, en faisant un don s.v.p. !

MERCI !

* Pour plus d’informations, visitez : Mondiaal Nieuws

Marcial : Sauvé de la malnutrition, l’avenir lui sourit

Marcial avait 2 ans et souffrait de malnutrition sévère quand il est arrivé chez NPH Nicaragua avec son frère Marcelo et sa soeur Rosibel.

La pauvreté et la faim sont un grave problème en Amérique latine. Les enfants vivent souvent dans des conditions misérables ou meurent dû à la malnutrition. L’équipe de Nos Petits Orphelins a récemment pu le constater de ses propres yeux. Heureusement, grâce à nos donateurs, nous pouvons leur apporter l’aide nécessaire.

La vie rurale en Amérique latine et en Haïti est de plus en plus insoutenable. En raison de la sécheresse persistante, les prix des denrées alimentaires montent en flèche et la pénurie d’eau règne. Les enfants souffrent de déshydratation ou contractent des maladies dangereuses comme le choléra en Haïti. Le chômage est également un problème majeur.

Tout cela mène à une pauvreté profondément enracinée qui a des conséquences dramatiques : les familles ne peuvent plus assurer à leurs enfants l’alimentation et les soins de base nécessaires. Les parents émigrent vers d’autres pays pour chercher du travail et laissent leurs enfants derrière eux.

This image has an empty alt attribute; its file name is nphmarciaaaaaal.jpg

C’est ainsi que Marcial a rejoint la famille NPH avec son frère et sa soeur il y a 6 ans. Le papa de Marcial est mort quand il était bébé. Sa mère, Santito, travaillait dur dans une plantation de café, mais elle ne gagnait pas grand-chose. Les enfants souffraient de malnutrition à leur arrivée chez NPH, mais nos repas sains et du lait enrichi leur ont permis de se rétablir rapidement.

Grâce à nos programmes agricoles, les enfants comme Marcial en apprennent également davantage sur les plantes, les animaux et la provenance de leur nourriture. Nous voulons être autosuffisants : la culture de légumes et de fruits est très importante pour pouvoir nourrir les enfants. « J’aime travailler dans les champs et avec les animaux », confie Marcial.

En cette période de Pâques, sa « résurrection » nous encourage, à offrir une nouvelle vie à des milliers d’autres enfants. Grâce à nos donateurs, ils pourront eux aussi rejoindre notre bienveillante famille NPH. Et nous vous en sommes reconnaissants. En leur nom, nous continuons à nous battre pour leur offrir un avenir sans faim.

This image has an empty alt attribute; its file name is nphmarciallll.jpg

Au milieu du chaos, nous restons unis

Le directeur national du village d’enfants au Honduras partage les décisions difficiles que lui et son équipe ont prises lorsque la pandémie du coronavirus est arrivée au Honduras.

Bientôt, le soleil brillera à nouveau, mais il nous faut être patients.

Au milieu du chaos, de la panique et de l’incertitude, on apprend souvent beaucoup sur les gens.

Ces dernières semaines, qui ont semblé être des mois, notre monde à tous a été mis sens dessus dessous. Nous avons été obligés de changer, de nous adapter à de nouvelles normes, voire à de nouvelles façons de nous saluer. Le monde semble plus froid, plus distant.

Mais dans le sillage de ce chaos, nous avons vu émerger une énorme solidarité et une grande bonté. Depuis le début de cette pandémie au Honduras, mon cœur éclate de fierté quand je vois la façon dont toute la famille de NPH au Honduras répond à cette situation difficile : avec amour et détermination, mais surtout, tous ensemble.

Les premiers jours après la confirmation du virus au Honduras, j’ai eu une conversation avec Reinhart Kohler (membre du conseil d’administration de NPH International et co-fondateur de NPH Honduras) sur ce que nous devrions faire dans le village d’enfants si le virus arrivait. Nous avons parlé de la nécessité de loger tous les malades, car nous savions tous les deux que le gouvernement n’aurait pas la capacité de s’occuper d’autant de personnes dans un état critique.

La semaine dernière, lorsque nous avons discuté de la situation impossible de nos éducateurs, nous avons réalisé avec désespoir et agacement qu’il n’y avait aucun moyen de laisser partir le personnel et de le faire revenir au village d’enfants – le risque d’amener le virus de l’extérieur au sein du village d’enfants étant trop grand. Cela signifiait que le personnel qui était déjà sur le terrain à ce moment-là (certains y étaient déjà depuis 10 jours) devait rester 3 semaines de plus pour permettre une période de quarantaine de 2 semaines aux éducateurs de relève.

Les conséquences de cette décision étaient immédiatement très claires. Imaginez dire « à bientôt » à vos enfants en leur assurant que vous serez de retour à la maison dans une semaine comme d’habitude, mais que, soudainement, le monde est bouleversé.

Les coordinateurs ont été chargés de parler aux éducateurs et de leur demander si certains d’entre eux étaient prêts à rester et à nous aider. Personne n’y serait obligé. L’atmosphère était tendue. Personne ne s’attendait à ce qu’ils acceptent un tel sacrifice. Après tout, dans de nombreux cas, les éducateurs sont les principaux soutiens de leur propre famille, ce sont souvent des mères célibataires. Qui apporterait de la nourriture à leurs familles ? Qui soignerait leurs propres enfants ?

Pendant la pause de midi, j’ai informé les volontaires de notre recommandation de retourner dans leur pays d’origine. Après tout, nous nous attendions à l’effondrement du système de santé hondurien si et quand ce virus prendrait pied dans la société. Après avoir expliqué la situation en détails en leur disant qu’il y avait moins de 100 lits aux soins intensifs dans le pays, un des volontaires m’a demandé : « Si nous choisissons de rester, y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire pour aider ou est-ce que nous ne ferions que nous mettre en travers du chemin ? »

This image has an empty alt attribute; its file name is Steve7.jpg
L’équipe de NPH Honduras se réunit régulièrement pour examiner les protocoles COVID-19.

Quand j’ai quitté les volontaires, j’ai reçu un appel du coordinateur des maisons, Mauricio Calles : « No me vas a creer. Casi todos los tíos aceptaron. » (« Tu ne me croiras jamais. Presque tous les éducateurs ont accepté »). Lorsque j’ai rencontré à nouveau les coordinateurs, je pouvais sentir leur excitation avant même d’entrer dans la salle. La joie et la fierté qu’ils ressentaient face à ce geste d’amour et de dévouement de la part de leur personnel rayonnaient sur chacun de leurs visages. Je leur ai dit combien j’étais inspiré par leur dévouement et leur volonté de faire des sacrifices personnels pour le bien de notre grande famille. Il n’était pas nécessaire de leur demander de rester.

Si votre « travail » consiste à protéger les enfants et les jeunes que vous aimez, alors un ordre du gouvernement exhortant les gens à rester à la maison devient quelque peu inutile. Par exemple, Kenia Girón, la coordinatrice de Casa Ángeles (le foyer de Tegucigalpa pour enfants et jeunes souffrant d’un lourd handicap) n’est plus rentrée chez elle depuis le début de la pandémie. Elle savait son personnel et elle devaient restés confinés à la Casa Ángeles ou rester à la maison pour minimiser le risque d’infection. Kenia ne voulait pas rester à l’écart.

Tout le monde ici fait tout ce qui est en son pouvoir pour lutter contre cette maladie dévastatrice. Nous sommes tous conscients que si le virus atteint le village d’enfants, de nombreuses vies seront en jeu : 34 enfants et jeunes ayant un handicap ; 17 enfants et jeunes séropositifs ; 5 abuelos (grands-parents) à Casa Eva – la maison de nos personnes âgées ; 15 enfants et jeunes ayant un handicap lourd à Casa Ángeles, pour n’en citer que quelques-uns.

La réalité est que nous ne savons pas combien de temps cette situation va durer. Tout est fermé ici : les magasins, les supermarchés, les pharmacies et les transports. Nous sommes en plein confinement militaire avec des gardes armés qui bloquent le passage sur les routes du pays (le point de contrôle le plus proche se trouve à seulement 3 km du village d’enfants, sur la route de Tegucigalpa).

En ces temps difficiles, les efforts qui sont demandés au personnel vont bien au-delà de ce qui est stipulé dans un contrat de travail. Après une catastrophe naturelle, les gens donnent tout ce qu’ils peuvent pour aider les personnes dans le besoin. Pour enterrer ceux qui sont morts, déterrer ceux qui ont été ensevelis sous les décombres, pour faire des sacrifices et sauver des vies.

Nous nous trouvons dans une situation unique où nous sommes en quelque sorte confrontés à la catastrophe avant qu’elle ne se produise. Nous sommes en mesure de faire quelque chose contre cette tempête qui approche. Mais ce qu’on nous demande de faire est drastique. Nous devons dépasser nos limites. C’est difficile. C’est un sacrifice. Et c’est quelque chose qu’on ne nous demanderait jamais de faire si nous n’étions pas dans une situation où il n’y a vraiment pas d’autre choix.

Avec les mesures extrêmes prises par le gouvernement, il est possible que cette pandémie soit contenue. Dans quelques mois, nous pourrons peut-être pousser un soupir collectif d’illumination en sachant que nous nous sommes battus avec acharnement et que nous l’avons surmonté ensemble. La réalité est que nous n’en savons rien. En attendant, nous devons être forts, nous devons être unis, nous devons être une famille.

Notre famille ne doute pas que tôt ou tard nous verrons le soleil briller. Ces tempêtes ne dureront pas longtemps.

Merci de soutenir nos villages d’enfants NPH en ces temps difficiles. Toute l’aide que vous pouvez donner compte et sera reçue avec une reconnaissance infinie. MERCI D’AVANCE !